Sismologie et structure de la Terre

Introduction :

Les tremblements de terre constituent des catastrophes naturelles, cependant ils permettent de mieux comprendre la structure interne du globe. La façon dont les ondes se propagent sous terre donne des informations sur la composition du noyau, du manteau et de la croûte terrestre.
Nous étudierons d’abord le principe de propagation des ondes sismiques, puis nous verrons comment les résultats des analyses sismiques révèlent l’existence de couches à l’intérieur de la Terre, dont la lithosphère et l’asthénosphère.

Principe de propagation des ondes sismiques

Pour étudier la structure interne du globe, on a d’abord utilisé l’observation directe avec :

  • les coupes naturelles, qui permettent d’observer les 5 premiers kilomètres sous la surface ;
  • les forages, qui peuvent être plus profonds, ils peuvent aller jusqu’à 12 km12\ \text{km}, comme dans la presqu’île de Kola en Laponie.

Même si un forage de 12 km12\ \text{km} apparaît comme une prouesse technique, l’observation des 6370 km6370\ \text{km} de rayon terrestre est limitée. Il reste alors à exploiter l’étude des ondes sismiques produites à la suite d’un séisme.

bannière definition

Définition

Séisme :

Quand des roches en profondeur subissent des contraintes très fortes, il arrive qu’il y ait une cassure que les géologues appellent une rupture. Cette rupture libère brutalement une énergie très forte. Cette énergie produit des ondes qui provoquent le tremblement du sol en surface : c’est le tremblement de terre, autrement dit, un séisme.

Les ondes sismiques P et S

Les séismes sont produits par la propagation de plusieurs ondes qui se propagent dans toutes les directions à partir du foyer.

Les ondes P, comme primaires, sont des ondes de compression-décompression. Elles sont rapides, environ de 88 à 10 kms110\ \text{km}\cdot \text{s}^{-1} en fonction de la profondeur, et se propagent dans tous les milieux et tous les états de la matière avec une faible amplitude. Elles provoquent un mouvement de répercussion du sol, et se propagent parallèlement à leur sens de propagation. C’est cette onde qui donne un son très fort comme un coup de canon quand le séisme est proche et profond, et un grondement sourd quand la rupture est plus éloignée.

  • Les ondes P sont les premières enregistrées sur les sismographes puisque ce sont les plus rapides.

Les ondes S, comme secondaires, sont des ondes de cisaillement. Leur vitesse est de 33 à 7 kms17\ \text{km}\cdot \text{s}^{-1} en fonction de la profondeur. Les ondes S provoquent un mouvement du sol plus important car leur amplitude est modérée. Elles ne se propagent pas dans les fluides, qu’il s’agisse de liquide comme l’eau, ou de gaz comme l’atmosphère, elles sont donc silencieuses.

  • Sur les sismographes, les ondes S sont enregistrées après les ondes P.

ondes sismiques p et s sismographes sismologie et structure de la terre svt première schoolmouv

Les ondes sont mesurées par des sismographes. Grâce à trois enregistreurs, il est possible de déterminer l’épicentre du séisme.

bannière definition

Définition

Épicentre :

L’épicentre est la projection à la surface du sol de la zone de rupture appelée le foyer ou hypocentre.

déterminer épicentre foyer sismique hypocentre trois stations sv première schoolmouv

Le changement de milieu et la propagation des ondes

Au moment de la rupture en profondeur, les ondes se propagent dans toutes les directions à partir du foyer. Elles peuvent être réfractées ou réfléchies si elles rencontrent une surface de discontinuité (soit un changement de milieu), à l’image des rayons lumineux qui traversent des milieux différents.

  • Les ondes réfractées sont légèrement déviées de leur trajectoire lorsqu’elles traversent une surface de discontinuité. Elles sont comme l’image du bâton cassé dans l’eau.
  • Lorsqu’elles traversent une surface de discontinuité, les ondes réfléchies rebondissent et suivent une trajectoire similaire à l’onde de départ mais avec une angle de réflexion rr égal à l’angle d’incidence ii.

ondes sismiques p et s changement de milieu ondes réfléchies réfractées sismologie et structure de la terre svt première schoolmouv

À la suite d’une rupture, les ondes ne traversent pas la Terre de manière linéaire. En effet, les stations sismiques réparties à la surface de la Terre enregistrent les ondes issues d’un séisme et ces données permettent de reconstruire les réfractions et des réflexions qu’elles ont subies.

  • Entre les différentes stations où elles apparaissent, les ondes laissent des zones silencieuses appelées les zones d’ombres.
bannière definition

Définition

Zone d’ombre :

Lors d’un séisme la zone d’ombre est la région du globe où l’on n’enregistre aucune onde sismique. Elle est située entre 104104 et 140°140\degree de distance angulaire par rapport à l’épicentre d’un séisme.

  • Même si elles se propagent dans tous les milieux, les ondes P sont réfractées par le noyau externe liquide et laissent une surface vide de selon un angle de 40°40\degree.
  • De la même manière les ondes S sont absorbées par le noyau externe liquide et ne ressortent pas sur une large partie de la surface terrestre.
  • On peut supposer que les zones d’ombres sont dues à la présence d’un milieu fluide dans les couches profondes du globe terrestre, à savoir le noyau externe. Ces zones d’ombres permettent également de définir le diamètre du noyau terrestre.

propagation des ondes structure de la terre ondes p et s zones d'ombre milieu solide liquide réfraction svt première schoolmouv

bannière à retenir

À retenir

Les analyses des données sismiques révèlent que les ondes passent par différents milieux avant d’atteindre la surface.

Organisation en enveloppes concentriques de la Terre

L’étude de la propagation des ondes sismiques et sa compréhension ont permis de mettre en évidence les discontinuités à l’intérieur du globe terrestre. Nous allons maintenant définir les enveloppes qui le composent.

Selon le modèle sismique PREM, la Terre est composée de plusieurs couches aux densités variables.

bannière definition

Définition

Modèle sismique PREM (Preliminary Reference Earth Model) :

Le modèle PREM a été imaginé en 1981 par Dziewonski et Anderson. Il établit de manière théorique les changements de vitesse des ondes sismiques S et P en fonction des discontinuités et de la structure interne du globe. Le modèle PREM découpe la Terre en trois couches : la croûte, le manteau et le noyau.

modèle prem croute manteau noyau ondes s et p discontinuités svt premiere schoolmouv

Le noyau

Le noyau est composé d’une graine solide au centre et d’une enveloppe externe liquide. C’est la discontinuité de Lehmann, à 5100 km5100\ \text{km} de profondeur, qui scinde les deux parties du noyau. Le noyau et le manteau sont séparés par la discontinuité de Gutenberg. Le noyau est essentiellement composé de nickel et de fer.

Le manteau

Le manteau est composé de deux parties : le manteau inférieur, au contact du noyau, et le manteau supérieur. Sa structure est solide mais, en périphérie du manteau supérieur qui est appelé l’asthénosphère, la structure est ductile. La zone de transition entre les deux manteaux est nommée LVZ c’est-à-dire Low Velocity Zone (ou zone à faible vitesse) car les ondes s’y propagent de manière plus lente à cause de la densité de la matière.

La croûte

La couche la plus externe du globe est appelée la croûte. On distingue la croûte océanique et la croûte continentale selon plusieurs critères : l’épaisseur, la densité la nature et l’âge des roches.

Les discontinuités

Au sein du globe, on observe trois discontinuités qui marquent des différences de densité entre les couches.

couches de la Terre croûte océanique continentale manteau supérieur inférieur noyau externe interne discontinuités moho gutenberg lehmann svt première schoolmouv

bannière definition

Définition

Discontinuité :

La discontinuité est une zone frontière entre deux couches qui n’ont pas la même densité. Les ondes changent de trajectoire lorsqu’elles passent une discontinuité.

La discontinuité de Mohorovičić appelée aussi le Moho sépare la croûte et le manteau. Elle se situe entre 00 et 15 km15\ \text{km} sous la croûte océanique et entre 3030 et 80 km80\ \text{km} sous la croûte continentale. Elle est plus profonde sous les reliefs montagneux.

La discontinuité de Gutenberg se situe entre le manteau et le noyau, à 2900 km2900\ \text{km} de profondeur.

La discontinuité de Lehmann sépare le noyau externe du noyau interne. Elle se situe à 5100 km5100\ \text{km}.

La lithosphère et l’asthénosphère

Parallèlement aux couches, on sépare aussi deux ensembles : la lithosphère et l’asthénosphère.

  • La lithosphère, rigide, repose sur l’asthénosphère qui est ductile, c’est-à-dire qu’elle est déformable.
  • La lithosphère

La lithosphère est composée de deux parties : la croûte terrestre et la couche supérieure (rigide) du manteau supérieur. On distingue la lithosphère océanique et la lithosphère continentale, qui est plus épaisse. La lithosphère ne constitue pas un seul bloc mais elle se répartit en plusieurs plaques appelées plaques tectoniques. Ces plaques reposent sur l’asthénosphère. Elles sont mobiles et elles sont animées par un mouvement.

  • L’asthénosphère

L’asthénosphère est située sous la lithosphère et constitue la partie inférieure du manteau supérieur qui a une certaine plasticité et une certaine aptitude à la déformation, on dit qu’elle est ductile. Elle mesure entre 700700 et 2900 km2900\ \text{km} de profondeur. Comme la température augmente avec la profondeur cela provoque un mouvement de convection qui entraîne les plaques tectoniques qui « flottent » dessus.

Conclusion :

Le globe terrestre est traversé par des ondes sismiques, les ondes P et S. Leur vitesse et leur direction nous renseignent sur la structure des couches profondes du globe terrestre de la Terre. Nous savons ainsi que le noyau est solide en son centre, liquide en périphérie, que le manteau est ductile et que la croûte terrestre est solide et nous avons pu mettre en évidence les profondeurs de chaque couche. La croûte et le manteau se divisent en deux ensembles : la lithosphère et l’asthénosphère. Des discontinuités marquent les frontières entre chaque couche.